Traditions de Pâques

Chez les chrétiens, la fête de Pâques, le premier dimanche après la pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps, célèbre la résurrection de Jésus, crucifié le vendredi saint. Chez les juifs, la Pessah commémore la fuite d’Égypte des hébreux.

L’agneau pascal que l’on consomme traditionnellement lors de cette fête est symbole de pureté et de justice, rappelle l’agneau sacrifié avant l’exil d’Égypte pour protéger les premiers nés hébreux de la dixième plaie d’Égypte, mais aussi Jésus sacrifié qui a donné sa vie pour le salut du monde. L’agneau est symbole du Christ ressuscité.

La tradition veut que, pendant le carême, les quarante jours qui précèdent Pâques, on ne consomme pas d’œufs. Aussi, dès le XIIIe siècle, offre-t-on des œufs de poule, cuits et peints, symboles de fertilité et de renaissance, avec l’arrivée du printemps.

À la cour d’Angleterre et de France, les rois offraient des œufs décorés et le célèbre Pierre-Karl Fabergé fabriqua en 1884 un œuf de Pâques pour le Tsar Alexandre III et son épouse, début d’une série de 50 œufs, chefs-d’œuvre de la joaillerie.

 Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le chocolat intervient pour remplir les œufs vidés de leur contenu et au XIXe, puis œufs, poules et autres cloches en chocolat sont associées à la fête de Pâques. Les cloches parties à Rome le jeudi saint (interdiction de sonner les cloches entre le jeudi saint et le dimanche de Pâques dès le VIIe siècle), reviennent de Rome en carillonnant le matin de Pâques pour annoncer la résurrection, avec des chocolats et autres friandises.

Dans les pays germaniques et anglo-saxons, c’est le lapin ou le lièvre, symbole de fertilité et de germination au printemps qui dépose les œufs en chocolat dans les jardins. En Suisse, c’est le coucou, en Alsace, la cigogne.

Que ce soit le lapin, la cloche ou la poule qui vous apporte les œufs en chocolats, belle chasse aux œufs dans vos jardins et bonne dégustation !

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.