Pascal Amblard au musée des canaux: Utopies

Au musée des canaux à Amsterdam (Grachtenmuseum), le plafond qui orne désormais la salle Andriessen restaurée (Andriessenzaal) est l’oeuvre du peintre décorateur français Pascal Amblard.

Les murs de cette salle qui ouvre sur le jardin, au Herengracht 386, ont été peints (avec date et signature) par Andriessen en 1776 sur commande de Gillis Alewijn.

Jurriaan Andriessen (1742-1819) s’était fait une spécialité de décorer l’intérieur de demeures qui bordent les canaux d’Amsterdam, de peintures murales représentant des paysages arcadiens, c’est-à-dire idylliques ou utopiques, plein de fleurs, de fruits, de sous-bois, de rivière claire, de chants d’oiseaux dans le décor d’un été éternel.

L’artiste contemporain Pascal Amblard dit s’être inspiré de « Jacob de Wit et Tiepolo, contemporains d’Andriessen et représentatifs de la tradition des plafonds baroques » pour proposer une vision d’avenir, un rêve utopique à réaliser. L’utopie dont parlait Martin Luther King (I have a dream), celle de l’harmonie entre les humains, rêve d’égalité, se retrouve dans le personnage aux yeux fermés, absorbé par son rêve d’universalité et précédé d’une colombe prenant son envol. Le putto noir aux yeux fermés lui aussi, interroge, dans son rêve profond, tout comme le fait à sa façon, la femme noire en robe d’or au beau drapé, dans un trio harmonieux aux attributs marquant pour l’idéal de paix, que sont le rameau d’olivier, la couronne de laurier et la balance, « outil de mesure de la valeur des échanges ».

On ne peut que se féliciter de cette belle réussite, une oeuvre moderne en parfaite harmonie avec les toiles du XVIIIe siècle, et espérer que nombreux seront les visiteurs du musée des canaux, levant la tête et se laissant interpeller par cette œuvre contemporaine qui parle d’aujourd’hui dans un décor historique vieux de plusieurs siècles et traduit un souhait pour demain.

Posted in Art, Culture, Mai, Peinture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.