De jeunes talents « TECH » français à Amsterdam

Rencontre de jeunes talents français aux Pays-Bas, créateurs d’entreprises dans le domaine de la technologie spatiale, de la communication numérique, de l’automatisme, à Amsterdam, le 24 mai 2022.

C’est dans un local branché, STUD, en haut d’un ancien entrepôt à la croisée de canaux, au cœur d’Amsterdam, que j’ai écouté en compagnie du député du Benelux, Pieyre-Alexandre Anglade, de jeunes femmes et hommes passionnés par leur activité de création dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Si l’écologie et le souci de l’avenir de notre planète sont au centre des préoccupations politiques tant en France où la nouvelle Première Ministre est chargée de la planification écologique et énergétique, qu’aux Pays-Bas, ils sont aussi au cœur de l’engagement professionnel de ces jeunes Françaises et Français installés depuis peu ou depuis plus longtemps à Amsterdam, avec pour la plupart une riche expérience du travail sur les autres continents, américain et asiatique en particulier.

Les Pays-Bas sont pour ces jeunes entrepreneurs français créateurs d’entreprises européennes, intéressants car au cœur d’un environnement européen, avec un marché test relativement petit, un contexte économique et financier porteur, un système administratif et fiscal moderne, des infrastructures de qualité et un capital scientifique international important, avec pour le domaine spatial, la présence de l’ESTEC, centre de recherche de l’ESA (Agence spatiale européenne) à Noordwijk.

Les problèmes que rencontrent ces jeunes entrepreneurs sont l’accès au capital car les financements publics accordés aux startup sont souvent nationaux alors que les entreprises sont à dimension européenne et l’accès aux talents, ingénieurs aux spécialisations pointues, pour pouvoir répondre à la demande.

Parmi les nombreuses expertises découvertes dans les présentations de ces créateurs de startup, citons quelques exemples, l’un du secteur spatial, un autre promouvant le web3, un autre acteur s’impliquant directement dans l’action pour la transition écologique.

Meteory est une jeune startup qui a pour ambition d’apporter des outils innovants pour aider régions et départements mais aussi les particuliers gros émetteurs de CO2 comme les agriculteurs, à planifier leur politique de « neutralité carbone ». Une plateforme proposée au plus grand nombre offre des données satellites affinées permettant de comprendre et de diagnostiquer au plus près les émissions et absorptions de CO2 en Europe et ainsi d’ajuster au mieux les mesures à prendre par les collectivités et les particuliers. L’entreprise réalise en ce moment des projets pilotes afin de tester et valider ses données et modèles ; elle recherche des partenaires qui seraient intéressés à participer à développer la recherche appliquée dans cette voie.

– La technologie Neuromorphique est au cœur de l’activité de Moxie Space pour permettre aux missions spatiales de fonctionner au maximum de leurs possibilités en résolvant les contraintes de puissance et d’énergie liées au traitement de données par l’intelligence artificielle. Moxie construit un ordinateur de bord et un logiciel pour répondre à l’exigence d’efficacité d’une part, à celle de réduction de la consommation d’énergie d’autre part, le neuromorphique mimant le fonctionnement du système nerveux et du cerveau humain pour une communication directe entre neurones artificiels. Equipés de cette technologie de pointe, les satellites produiront ainsi des données utilisables beaucoup plus efficacement et à moindre coût énergétique pour la recherche scientifique, l’observation de la Terre et la sécurité européenne.

L’équipe fondatrice de Moxie Space, composée de Français, Italiens et Allemands, s’est donnée pour mission de contribuer à la volonté européenne d’affirmer sa présence dans l’espace et, surtout, de préserver sa souveraineté.

– Délibérément tournés vers l’avenir, innovateurs en communication, de jeunes talents français vivant aujourd’hui aux Pays-Bas ont fondé à Paris en 2020, bem.builders, l’une des premières agences de communication multi-services dédiée au Web3, la nouvelle génération d’internet qui émerge actuellement et succède au Web 2.0, apparu au début des années 2000, lui-même succédant au Web 1.0 lancé au début des années 1990.

Leur entreprise qui s’appuie sur les valeurs de transparence et durabilité se veut responsable sur le plan social, humain et environnemental. Les 6 fondateurs, experts dans leurs domaines respectifs à savoir la communication, la technologie, la stratégie et l’architecture, rejoints par quatre autres talents de différentes nationalités travaillent en France, aux Pays-Bas et bientôt en Thaïlande, avec pour objectif de devenir un studio de communication et de création de rang mondial sur le Web3 à l’horizon 2024. Les résultats sont très positifs puisque l’entreprise compte parmi ses clients le groupe Casino, LVMH ou encore Carrefour ainsi qu’une dizaine d’autres marques à portée nationale ou internationale.

L’actualité de bem.builders est à suivre sur LinkedInTwitter et Instagram.

Entrepreneurs créatifs, ils « se retroussent les manches » pour agir collectivement au cœur du changement, mettre leur savoir faire au service de créations tenant compte du développement durable et de la protection de la planète dans leur écosystème particulier qui passionne assurément ces femmes et hommes jeunes talents audacieux. À suivre…

Posted in Écologie, Économie, Europe, Juin, Société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.