Commémoration à Kapelle, 19 mai 2022

Lieu de mémoire : Le Souvenir français

Kapelle, en Zélande est célèbre pour avoir vu la naissance, en 1911, de Annie M.G. Schmidt, auteur célèbre de livres pour enfants, dont les fameuses histoires de Jip et Janneke qui… m’ont appris à lire le néerlandais de façon ludique.

Kapelle, en Zélande, est unique pour le cimetière militaire français où se retrouvent chaque année au mois de mai ceux qui viennent rendre hommage à la mémoire des soldats français et marocains morts sur le sol néerlandais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce cimetière sont regroupées 226 sépultures (sur les 600) soldats portant l’uniforme français, tombés aux Pays-Bas au cours de la Deuxième Guerre Mondiale. La plupart, soldats de réserve des 224e et 271e régiments d’infanterie venus renforcer les troupes belges et néerlandaises qui continuaient le combat en Zélande après la signature de la capitulation néerlandaise le 15 mai, ont participé à la bataille de Kapelle le 16 mai 1940.

Les habitants de Kapelle ont pendant la guerre, pris soin des tombes des soldats français et en 1946, la commune offre un monument commémoratif sous la forme d’un coq gaulois.

L’inauguration officielle du cimetière militaire français a lieu en 1950, en présence de Willem Drees, le Premier ministre de l’époque (célèbre pour avoir mis en place les bases de l’État Providence, avec en particulier une indemnité de retraite). À cette occasion le comité du Souvenir français aux Pays-Bas offre un monument qui reprend la sculpture du coq accompagnée du nom des 600 militaires morts sous l’uniforme français (M. Niewenhuijse, Reformatorisch Dagblad, 31-01-1990).

De nombreuses familles ont fait rapatrier en France les corps de leurs soldats tombés au champ d’honneur. Si chaque année, quelques identifications peuvent être faites, nombreux sont encore les corps de soldats non identifiés.

Pour nous rendre, le 19 mai 2022, à la cérémonie du souvenir français au cimetière militaire français, nous, Conseillers des Français de l’étranger élus pour les Pays-Bas, descendons du train à la gare de Kapelle-Biezelinge, inaugurée en 1868. Après s’être rassemblés à l’Hôtel de Ville, les participants, civils et militaires se rendent en défilé silencieux au cimetière. Sur la route, accrochés aux lampadaires, des bannières portant la photo de soldats – chasseurs parachutistes – tombés pendant l’opération Amherst (Assen, Drenthe) en avril 1945 et enterrés à Kapelle, après un regroupement des corps de soldats tombés aux Pays-Bas sous uniforme français entre 1940 et 1945.

C’est en effet à l’autre bout du pays, en Drenthe, que 702 parachutistes en uniforme français, membres du SAS (Special Air Service) ont participé à l’opération Amherst du 8 au 12 avril 1945. 33 d’entre eux, âgés de 17 à 36 ans y sont tués. L’histoire de Ibrahim Azem (Asem) a retenu l’attention du colonel de Jong : ce jeune Syrien (la Syrie est alors Protectorat français) est mort avec cinq autres paras, le 10 avril 1945, en Drenthe. Musulman, il se trouve enterré à Kapelle, près d’un juif Jean Simon et d’un chrétien René Decis, tous ayant, si loin de chez eux, donné leur vie pour la liberté de gens qu’ils ne connaissaient pas et dans un endroit qui leur était totalement inconnu (Harold de Jong, Franse para’s in Drenthe. 8-12 avril 1945, Uitgeverij Koninklijke Van Gorcum B.V., 2020).

La cérémonie s’est déroulée dans le recueillement, ponctué par les discours du maire de Kapelle, de l’ambassadeur de France, de l’ambassadeur du Maroc, suivis du dépôt de gerbes devant le monument, après que l’on ait joué (et chanté) les hymnes nationaux, néerlandais, marocain et français. Les nombreux scouts et enfants des écoles ont déposé une rose devant chaque croix blanche, les unes accompagnées d’un nom, les autres anonymes.

Tout comme les représentants de Kapelle se rendent au cimetière néerlandais d’Orry-la-Ville (don de la France aux Pays-Bas, il contient 114 tombes néerlandaises dont 3 de soldats inconnus, auxquelles il faut ajouter 88 noms de Néerlandais sans sépulture) pour participer chaque année à la cérémonie néerlandaise du 4 mai au soir en souvenir des morts de la Seconde Guerre mondiale, les représentants d’Orry-la-Ville sont à Kapelle en mai, chaque année.

Autour de la cérémonie du souvenir, au mois de mai, une semaine française « Toujours Kapelle » est organisée depuis 2013. C’est l’occasion de fêter les liens de la Zélande avec la France et de rappeler à la population et particulièrement aux enfants des écoles, l’histoire de l’action des militaires français aux Pays-Bas pendant la Deuxième Guerre mondiale (de Franse slag) [https://www.zeeuwseankers.nl/verhaal/franse-begraafplaats-kapelle-1]

De même, dans la commune d’Orry-la-Ville, une Semaine néerlandaise a été organisée du 30 avril au 7 mai 2022, par l’association Kap’Orry, avec un concert gratuit de la fanfare de Kapelle.

La gerbe des conseillers des Français de l’étranger élus pour les Pays-Bas

Le coq gaulois offert par la municipalité de Kapelle

Le discours de l’Ambassadeur de France

Posted in commémoration, Juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.