La Saint-Nicolas, débat de société

Il y a dix ans, en novembre 2011, lors de l’arrivée de Saint Nicolas et sa troupe à Dordrecht, médiatisée au niveau national et attendue impatiemment par les enfants, deux artistes, poètes et sculpteur, avec une banderole et leur T-Shirt arborant le texte Zwarte Piet is racisme, c’est à dire « Pierre noir, c’est du racisme », sont brutalement arrêtés et maitrisés.

Pierre noir est aux Pays-Bas l’équivalent du Père Fouettard français ; déguisés et au visage maquillé de noir, ils sont nombreux à accompagner Saint Nicolas, dansant et distribuant sucreries et friandises (les célèbres pepernoten, petites pastilles de pain d’épice) dans les rues et les lieux où se rassemblent les enfants qui chantent les chansons traditionnelles parlant du saint qui arrive d’Espagne sur son cheval blanc pour offrir des cadeaux aux enfants sages.

L’arrestation de ces deux activistes incarnant un mouvement KOZP – Kick Out Zwarte Piet -, est à l’origine d’un débat de société sur la fête de Saint Nicolas.

Faut-il supprimer la fête de Saint Nicolas qui existe depuis le XIIIe siècle en Europe occidentale ? une fête pour les enfants qui attendent l’arrivée de Saint Nicolas, par bateau, depuis l’Espagne… ou faut-il l’adapter en modifiant la figure du Père Fouettard, ces « Pierre noir » apparus vers 1850 et vécus aujourd’hui comme stéréotypes racistes hérités de l’époque coloniale (coiffure afro, grosses boucles d’oreilles, lèvres rouges vif). Il est à noter qu’en 1800 Jan, le valet de Saint Nicolas est exclusivement une figure blanche alors qu’au XXe siècle les figures blanches côtoient des figures noires (comme on peut le voir sur des photos d’Amsterdam en 1965).

Le valet de Saint Nicolas représente-t-il un esclave éthiopien accompagnant l’évêque de Myra (Turquie) qui, au IVe siècle, l’aurait acheté au marché aux esclaves pour le libérer ? est-il une incarnation du diable, souvent associé au Maure au Moyen-Age ? n’est-il aucunement une figure d’esclave mais doit-il sa couleur noire à la suie qui recouvre son visage parce que, comme le Père Noël, il passe par la cheminée ?

Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme a été saisi en 2013 et le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale a, dans son rapport de 2015, demandé un aménagement des pratiques traditionnelles de la fête.

« 18. Considering that even a deeply-rooted cultural tradition does not justify discriminatory practices and stereotypes, the Committee recommends that the State party actively promote the elimination of those features of the character of Black Pete which reflect negative stereotypes and are experienced by many people of African descent as a vestige of slavery. The Committee recommends that the State party find a reasonable balance, such as a different portrayal of Black Pete and ensure respect of  human dignity and human rights of all inhabitants of the State party. The Committee further recommends that the State party ensure non-discrimination in the enjoyment  of freedom of expression and association, and that attacks on protesters be effectively investigated and duly prosecuted. » (CERD/C/NLD/CO/19-21, 28 août 2015)

Dès 2014, le maire d’Amsterdam décide que quelque chose doit changer et remplace les Zwarte Piet par des roetveegpiet, c’est à dire des Pierre qui se présentent ostensiblement comme sortant de la cheminée avec un visage aux rayures noires de suie.

En 2017, il n’y a plus de Zwarte Piet sur le parcours de Saint Nicolas à Amsterdam et c’est considéré comme exemplaire pour les autres municipalités.

Les pour et les contre Zwarte Piet s’affrontent, en particulier au Parlement, mais dès 2016 commerces et medias choisissent d’abandonner petit à petit le Pierre noir. Le Premier Ministre Marc Rutte mettra, lui, dix ans avant de reconnaître en 2020 que dans quelques années il n’y aura plus de Pierre noir, après avoir longtemps affirmé Zwarte Piet is zwart ! L’été 2020 a vu se multiplier les manifestations Black Lives Matter et les défilés avec Saint Nicolas ont été annulés en 2020 à cause de la pandémie, ce qui n’est pas sans incidence sur l’accélération du processus d’abandon généralisé des zwarte Piet remplacés, dans la plupart des municipalités, par les roetveegpiet ou schoorsteenpiet … qui donc, descendent par la cheminée… même si 56% des Néerlandais affirment aujourd’hui soutenir la figure noire du Pierre.

C’était absolument impensable, il y a dix ans.

Posted in Société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.